Ultramedia, le Mag - 7 : Printemps 2020

Archives

Mode d'emploi

Collapse

Uncollapse

home-n7.png

Édito

Maeva_1x1.jpg

Des paroles, oui, mais des actes aussi !

Être neutre ne suffit pas. Dirigeants d’entreprises, il s’agit maintenant de réfléchir collectivement à la raison d’être de votre activité. Comment se révèle et s’exprime son utilité sociale ? Quelle est la boussole, le garde-fou au moment de prendre des décisions ?

Ce sont, dans les grandes lignes, les questions qu’il faut se poser depuis l’adoption de la loi Pacte en mai dernier. Elles résonnent avec encore plus de force depuis le début de la crise du Covid-19.

Tout a basculé… Nos repères en première ligne. La délimitation des sphères professionnelles et personnelles effondrées du jour au lendemain, nos modèles d’organisation réinterrogés, parfois dans l’urgence. Bref, une grille complète à reprendre, point par point.

Des exigences sociétales prégnantes

Restons alertes, cette suggestion législative reflète de nouvelles exigences sociétales.

« Chez les consommateurs, on note une maturité d’attente et de demande extrêmement forte autour d’un panel de valeurs comme la simplicité, l’authenticité, la quête de sens, le circuit court : la raison d’être. Celle en tant qu’individu, mais aussi société, marque et produit », explique Stéphane Delaporte, DG de la régie publicitaire 366.

Ainsi, dans ce contexte de crise sanitaire inédite, des entreprises n’ont pas hésité à détourner leur industrie pour participer à la lutte contre l’expansion du virus. C’est le cas de Lacoste (fabrication de masques), PSA (des parties de respirateurs), Décathlon (mise à disposition des masques de plongée Easybreath), et j’en passe.

Il s’éloigne le temps de la course aux bonnes affaires, de la consommation débridée. Nous devenons plus exigeants car plus conscients. D’où vient ce produit ? Où a-t-il été élaboré et dans quelles conditions ? Il y a quelques jours, nous écrivions un article pour la Région Centre-Val de Loire sur le lancement d’une plateforme de produits frais et locaux pour soutenir les agriculteurs. La Bretagne vient de faire de même. Et la tendance s’accélère.

Des critiques constructives

Un nombre croissant d’entreprises se mettent autour de la table pour formuler cette quête de sens en action. C’est le cas de SEB, entre autres. Pour élaborer sa raison d’être, l’entreprise d’électroménager rhônalpine a réuni des salariés mais aussi un panel d’ONG parties prenantes de leur écosystème. « Les entreprises ne peuvent pas se permettre de tricher » souligne dans ce magazine Bertrand Valiorgues, professeur de stratégie et gouvernance des entreprises au sein de l'IAE Clermont Auvergne (lire l'article). Car les engagements doivent être suivis par des actes. Aujourd’hui, plus que jamais.

Maeva Melano-Costamagna
Directrice éditoriale

Splash_lemag_UM1000px.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même